Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’argent. Il y a énormément de croyances limitantes à ce sujet, pour la grande majorité d’entre nous. Elles nous viennent généralement d’un héritage sociétal ou familial, ce qui signifie que ce ne sont même pas nos croyances propres pour la plupart. Ce n’est seulement que lorsque l’on travaille dessus que l’on se rend compte de notre pouvoir à nous limiter, voir même de nous auto-saboter par leur biais. Il est donc temps de nous en défaire, d’accepter et d’apprécier l’abondance qui est là pour chacun d’entre nous, au lieu de la repousser ou de culpabiliser.

Je me suis intéressée de plus près à cet aspect du développement personnel après avoir constaté, dans l’entreprise où je travaillais, une énorme inégalité salariale entre les hommes et les femmes. Quand à moi, j’étais non seulement la moins payée de tous les cadres alors que j’avais plus d’expérience et d’ancienneté que certains autres, mais en plus, ce scénario de paie au rabais était récurent pour moi. J’avais quitté mon précédent emploi pour celui-ci et j’y étais payée le salaire d’une technicienne alors que j’avais brillamment obtenu mon diplôme d’ingénieure et que c’était ma deuxième expérience professionnelle en tant que. J’ai donc senti que j’avais un réel travail à faire sur moi à ce sujet. Quand cela commence à nous suivre, il faut aussi prendre la responsabilité de ce qui nous arrive. Ces situations sont condamnables, je ne remets pas ça en cause. Je veux juste dire que nous provoquons inconsciemment ce genre d’événements dans nos vies et que nous pouvons créer des situations bien meilleures pour nous en en comprenant l’origine et en prenant la décision de croire autre chose que ce que nous dictent nos pensées limitatrices.

 

Ma première prise de conscience s’est faite en lisant le roman de Laurent GOUNELLE "Le philosophe qui n’était pas sage". Je me suis rendue compte que je faisais l’amalgame entre l’argent et le système économique. Dans ce livre, l’auteur, de manière romancée, nous montre comment un système économique imposé et inadapté peut réussir à faire basculer un peuple sain d’esprit dans les peurs et la tourmente. N’étant pas en accord avec le système économique, j’avais donc un discours très négatif sur l’argent. L’argent n’est en fait qu’une énergie. Voir l’argent comme quelque chose de négatif, c’est aussi absurde que dire qu’il faudrait interdire les piscines parce que des gens s’y noient… Certes, c’est tragique, mais n’oublions pas le nombre de personnes qui s’y amusent ou s’y prélassent. Tout dépend donc de l’utilisation que nous en faisons. C’est nous même qui pouvons conférer à notre argent un certain pouvoir. Et d’ailleurs, dans notre système économique actuel, le meilleurs moyen de nous faire entendre est de changer nos modes de consommation, donc dans quoi nous décidons d’investir notre argent.

 

Je me suis ensuite lancée dans "Le défi des 100 jours - pour libérer son rapport à l’argent et vivre son abondance" de Lilou MACE & Christian JUNOD. Ce cahier d’exercices m’a beaucoup aidée. Certains défis sont très inconfortables, mais c’est sûrement ceux qui font le plus avancer. Je vous le conseille vivement pour arriver à identifier vos croyances limitantes et ainsi pouvoir les éradiquer une à une.

 

J’ai poursuivi en ce sens par la lecture du livre de Christian JUNOD "Ce que l’argent dit de vous" qui est un très bon complément au défi des 100 jours.

 

Enfin, voici un autre livre que j’ai apprécié sur le sujet, et qui ouvre également plus sur la loi d’attraction (état d’esprit positif, foi, gratitude, ténacité...) : "Tu vas t’en mettre plein les poches !" de Jen SINCERO. Je le pense moins accessible aux personnes qui n’ont pas déjà débuté un travail sur eux à ce sujet : l’auteure risquerait alors de vous paraître fortement perchée, vous aurez du mal à croire que ce qu’elle dit est possible, et le livre risquerait de servir à caler une armoire au final (je pense que ça aurait pu être ma réaction il y a deux ans, quand j’étais encore perfusées aux croyances limitantes). Il est cependant très bien structuré et régulièrement de petits exercices y sont proposés pour s’approprier les notions de chaque chapitre. L’auteure y raconte des anecdotes hilarantes, le ton employé est très familier. C’est un peu plus de 300 pages qui se lisent très facilement grâce à cela.

 

Alors oui, certes, l’argent seul ne fait pas le bonheur, mais ne croyez-vous pas qu’il y contribue quand même et que cela vaut la peine de soigner la relation que l’on entretien avec lui ?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Recherche